Des locataires forcés de partir

(In French)

Les Actualités – 4 décembre 2013.

Les Actualités - Des locataires forcés de partirDes locataires expulsés de chez eux

SNOWDON – Depuis plusieurs semaines, le propriétaire d’un immeuble à logements locatif à faible revenu sur l’avenue Bourret aurait forcé des ménages à quitter leur logement dans le but de convertir son immeuble de 34 unités en condominiums.

Le 29 novembre dernier, Projet Genèse a organisé une conférence de presse au 4840, avenue Bourret, où des locataires sont confrontés à un propriétaire qui contourne les procédures légales censées les protéger.

«Ça fait trois mois que je n’ai pas bien dormi», s’exclame Kurt John, un des locataires de l’immeuble qui y réside encore.

Kurt John, récemment expulsé, devant son ancien immeuble désossé du 4840 Bourret.  (Photo : Michaël Monnier)

Kurt John, récemment expulsé, devant son ancien immeuble désossé du 4840 Bourret. (Photo :
Michaël Monnier)

Plusieurs locataires ont été forcés de partir au bout de plusieurs semaines de travaux extérieurs effectués au bâtiment de 34 unités sans l’autorisation préalable de la Régie du logement. Ceux qui sont restés vivent dans un immeuble qui ressemble plus à un chantier qu’à un immeuble résidentiel.

Mme Pathak rapporte que les travaux ont commencé quelques jours à peine après des mises en demeure qui ne contenaient pas assez de détails essentiels, ni assez de temps aux locataires pour évaluer leurs options.

Deux locataires qui sont parties paient maintenant 110$ de plus, l’autre 225$ de plus par mois en loyer.

«Le droit au maintien des lieux du locataire est un droit autant plus important à cette époque d’érosion du parc locatif et d’embourgeoisement des quartiers centraux», a mentionné Sheetal Pathak, organisatrice communautaire en logement social.

Les conditions de vie pour ceux qui refusaient de partir ont dégénéré: manque de chauffage généralisé, apparitions de fissures dans les murs, effondrement d’une partie du plafond, service interrompu d’électricité et de téléphone, infiltration d’eau de pluie.

Thanh Trung Nguyen été évacué subitement par le Service de sécurité incendie de Montréal. «J’ai été très stressé. Ma santé a souffert et il a été compliqué de gérer la situation pendant que je travaillais et je gardais ma fille», a-t-il dit à propos de ses conditions de vie.

Le 4840 avenue Bourret n’est pas un cas isolé. Le propriétaire de l’immeuble, Haim Elkabas, est en voie de convertir un autre immeuble à vocation locatif en condominiums au 5700, avenue Victoria.

Attiré par l’attroupement des journalistes, M. Elkabas est sorti en protestant sous les rafales de photos et les objectifs des caméras. Il a fait avorter la visite d’un logement qui était prévue en brandissant l’avis d’évacuation et l’interdiction d’occuper jusqu’à nouvel ordre émis, le 21 novembre par le Service des permis et inspections de l’arrondissement Côte-des-Neiges- Notre-Dame-de-Grâce. «En ce moment, rien n’empêche que cette situation se reproduise et que les droits des locataires soient encore écartés au profit d’un promoteur immobilier. Si cette perte de logements locatifs n’est pas contrôlée, elle pourrait rapidement prendre de l’ampleur et devenir une force gentrificatrice dans notre quartier», a conclu Mme Pathak.

Marie Cicchini

PDF