Lettre : «Quand ils parlent d’économies, c’est sur l’dos des démunis»

(In French)

Les Actualités – 16 avril 2015

2015-0416 les actualitesC’est sur ce slogan que nous Projet Genèse et habitants de Côtes-des-Neiges, avons  exprimés nos inquiétudes à quelques jours du budget provincial, le 21 mars dernier, à l’appel du FRAPRU. Nous étions une trentaine à joindre plus de 500 personnes pour réclamer le financement de logements sociaux, entre autres par le maintien du programme AccèsLogis. AccèsLogis est le seul programme qui permet encore la construction de logements coopératifs et à but non-lucratif au Québec.

La colère et l’espoir nous animaient lors de cette marche. Colère face aux menaces contre AccèsLogis, mais aussi espoir que le gouvernement comprenne enfin l’importance du logement social. La fin du programme AccèsLogis serait une catastrophe dans le quartier. Plusieurs projets à venir comme les 2500 logements sociaux de Blue Bonnet  seraient sérieusement compromis sans l’appui de ce programme. Mêmes les élus municipaux en sont conscients !

Pour des milliers de personnes d’horizons différents, un logement social ferait toute la différence; pensons à des personnes à mobilité réduite ou qui avancent en âge et qui ne se trouvent pas d’appartement adapté, à des personnes gagnant de faibles revenus ou encore à des immigrants récents qui  doivent se trouver un logement abordable. Plusieurs d’entre eux étaient à Québec  et attendaient le budget et le sort réservé AccèsLogis  de pied ferme «pour voir si les politiciens croient vraiment à la justice».

Le jeudi 26 mars, le verdict tombe avec l’annonce du budget : AccèsLogis reste mais est sérieusement amputé. Nos craintes étaient fondées : justice ne rime pas avec austérité.

Dans son budget, le ministre Leitão annonce que le programme AccèsLogis est coupé de moitié. Seulement 1500 logements sociaux seront construits cette année sur l’ensemble du territoire, soit la moitié du nombre déjà minimal d’unités construits en 2014. Le montant «économisé» est  injecté dans 1000 subventions au loyer. Cette solution a pourtant été souvent critiquée. Ces  subventions aident certes à payer le loyer mais elles n’incitent pas non plus les propriétaires à entretenir et réparer les logements,  au contraire. Sans un bassin de logements abordables disponibles, les locataires restent  dans des appartements mal-entretenus, voire insalubres, et les payent… avec leur supplément de loyer. Dans de nombreux pays comme en France ou aux États-Unis, ces subventions ont fait augmenter les loyers !

Les locataires ont déboursé davantage pour des appartements de plus en plus en mauvais état.

Dans des quartiers comme Côte-des-Neiges, le supplément au loyer n’apporte pas non plus de solution au manque criant de logements pour les familles. Selon nous, le budget Leitão fait clairement fausse route. Nous ne comprenons pas le choix du gouvernent : le logement social a de nombreux avantages que n’aura jamais le privé. Il permet par exemple d’augmenter le nombre de logements disponibles pour les familles, de mettre de la pression sur les propriétaires pour assurer la qualité et la salubrité des appartements. Le gouvernement fait des petites économies sur le dos des plus démunis : alors que les investissements en logement social représenteraient  relativement peu d’argent, ils auraient un impact majeur dans la vie des gens du quartier. AccèsLogis reste un programme pertinent qui soutient les personnes les plus vulnérables. Les gens du quartier continueront de se battre, non seulement pour le garder mais pour le bonifier.

Alexandra Pierre,
Organisatrice communautaire,
Projet Genèse

PDF